La Sirène et le Scaphandrier, une histoire douce.

Temps de lecture : 3 minutes Découverte d’un roman avec une histoire douce et bienveillante, sans tomber dans le gnan-gnan dégoulinant de niaiserie. La Sirène et le Scaphandrier, de Samuelle Barbier.

Tu as aimé ce post?

Mes lectures préférées sont très souvent des lectures très sombres. Thrillers sanglants, reportages dans des milieux pas très attirants, biographies déchirantes… Et à force de toute cette noirceur quotidienne, j’ai eu envie de légèreté. Ce n’était pas qu’une envie, c’était surtout un besoin. Même si Franck Thilliez est de loin mon auteur de thrillers favori, un peu de changement ne fait pas de mal. Et lire des récits très sombres pendant une période durant laquelle c’est pas la grande joie, ça n’aide pas à gagner en optimisme. Je suis donc tombée sur la couverture estivale et sur le titre insolite de La Sirène et le Scaphandrier. À l’heure ou je vous écris, je n’ai pas encore fini le livre. J’en suis à environ 50%, pourcentage que j’ai parce que je lis essentiellement sur liseuse. Mais même si je ne suis qu’à la moitié du récit, je ressens le besoin de te parler de la douceur de ce roman.

L’histoire, sans spoil

L’avantage, c’est que aujourd’hui, le 12 avril 2020, je ne peux pas te gâcher la fin du roman, puisque je ne l’ai moi-même pas fini. Mais j’ai assez avancé dans l’histoire pour te raconter rapidement de quoi elle est faite.

Zach, un homme Texan emprisonné à New-York.
Hanna, une Londonienne agoraphoble, elle-même enfermée chez elle.

Ces deux êtres correspondent, pas lettres écrites. On retrouve un semblant de roman épistolaire à l’ancienne, entrecoupé de passages de vies de chacun. Sentiments, expériences… Zach et Hanna n’auraient pas du se trouver. Et pourtant, leur correspondance sera pleine de bienveillance, de douceur et de sentiments.

Ce que j’ai aimé

Ce roman se lit à vitesse grand V. L’écriture est très fluide.

Et que dire d’autre sur les personnages, à part qu’ils sont super attachants? On s’attache à Zach le taulard autant qu’à Hanna, l’Anglaise de bonne famille. Ils sont chacun enfermés à leur manière et en parlent à l’autre, toujours dans le plus grand respect et la plus grande bienveillance.

Ce roman, c’est pour moi comme un bonbon. Et je suis triste quand je vois le pourcentage de mon avancement, jour après jour. Cette histoire est très douce, sans non plus tomber dans le gnan-gnan dégoulinant de niaiserie. Même si je voudrais que cette lecture dure le plus longtemps possible, il me tarde de savoir plein de choses. Vont-ils se rencontrer? Est-ce que Hanna se libèrera de son agoraphobie? Pourquoi Zach est enfermé?

Trop de questions dont je veux savoir les réponses, et je suis sûre que je ne serai pas déçue.

Où trouver ce livre?

En cette période de confinement, ce n’est pas évident…

Lors de tes courses essentielles, tu peux en profiter pour jeter un œil au rayon lecture, pour voir si La Sirène et le Scaphandrier, de Samuelle Barbier est disponible. Ou peut-être dans ton tabac-presse, en allant chercher ton journal ou tes cigarettes… Bien que je n’encourage personne à fumer. Mais si c’est dans tes habitudes et que ça peut t’éviter un déplacement supplémentaire, autant en profiter.

Sinon, si comme moi tu es un(e) convaincu(e) de la liseuse électronique, tu trouveras la version Kindle sur Amazon. Si ta liseuse est dans ce format, tu peux même télécharger un extrait gratuitement avant d’entamer réellement ta lecture. Ou alors, si tu es un(e) inconditionnel(le) de la lecture papier, Amazon pourra te livrer le roman dans ta boîte aux lettres, donc sans contact humain.

Et si tu es dans le mood “Gneugneu Amazon sapu”, je te laisse chercher les références chez la Fnac ou toute autre librairie en ligne. Ou alors, si tu as un libraire chouchou, attends la fin du confinement pour aller lui rendre visite et trouver le roman ou, le cas échéant, lui passer commande. Tu chercheras avec tes petits doigts “La Sirène et le Scaphandrier, de Samuelle Barbier” là où tu achètes tes livres habituellement.

Bref. Fais comme bon te semble.

La Sirène et le Scaphandrier,
12,99€ en format électronique,
16,95€ en format broché sur Amazon

Parenthèse : À propos de Amazon, salariés “sous-payés” et “esclaves” aux conditions de travail “déplorables”.

Mais sache tout de même que tous(tes) les préparateurs(trices) de commande sont logé(e)s à la même enseigne niveau conditions de travail, que ce soit chez Amazon, la Fnac, Décitre… Tout comme toutes les coiffeuses sont traitées pareil que ce soit chez Jean Louis David ou Dessange. Ou une hôtesse de caisse chez Super U ou Auchan. Ils sont tous soumis au droit du travail Français, personne n’est esclave ou maltraité. Et si c’est le cas, il existe des structures pour faire valoir leurs droits. La saisine des prud’hommes est gratuite, et l’aide juridictionnelle aide en cas de besoin d’avocat. Des avocats sont consultables gratuitement dans les mairies et les Maisons de Défense des Droits.

Au bout d’un moment, les anti-Amazon, vous êtes agaçants et très déconnectés de la réalité. Personne n’est sous-payé, nous avons en France la chance d’avoir un Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, qui garantit d’être au dessus du seuil de pauvreté, ainsi que la prime d’activité. Si vous ne supportez pas de faire travailler des personnes “sous-payées” comme vous le dîtes si souvent, et ce qui correspond à un SMIC, n’allez plus chez le coiffeur, n’allez plus faire vos courses, n’allez plus nulle part. Quasiment tout le monde est au SMIC, et donc, pour vous, “sous-payé”.

Saviez-vous que votre hôtesse de caisse a des tendinites à répétition dans 30% des cas parce qu’elle soulève plusieurs tonnes de marchandises par jour? Que votre coiffeuse marche l’équivalent de 20km en piétinant dans son salon, sans pouvoir manger le midi, et pendant 8 heures d’affilée? Amazon n’est pas une exception, et je te dis ça d’expérience. Les anti-Amazon, si vous êtes si soucieux des conditions de travail des personnes qui font partie des services dont vous bénéficiez tous les jours, vous éviterez Amazon certes, mais aussi votre supermarché et beaucoup d’autres services de votre quotidien. Ne prenez pas part à une cause “à moitié”. Boycotter un service, c’est priver de travail des milliers de travailleurs précaires qui se saignent pour toi.

Tu as aimé ce post?

Une réaction? Un avis?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Le contenu de ce site est protégé par le droit d\'auteur. Toute copie ou reproduction sans accord express est interdit!