La fessée

Temps de lecture : 3 minutes Zoom sur une pratique qui fait de plus en plus d’adeptes au fil des années : la fessée!

J’ai toujours été fan de la fessée coquine pendant les câlins. Elle est rapidement devenue une de mes indispensables pour un bon câlin. La douceur d’accord, mais mettre un peu de piquant rend les choses meilleures! La fessée est une pratique très courante dans de nombreux couples, qui met un peu de piment au câlin. Cette fessée vient de pratiques BDSM soft et d’un contexte domination-soumission.

C’est avant tout un jeu entre adultes consentants, et cela doit rester agréable et non douloureux (sauf pour ceux qui aiment avoir mal, mais là c’est un autre sujet, on va donc dire que cela doit amener du plaisir des deux côtés.)

Le petit rappel qui coûte pas cher:
Tu fais ce que tu veux! C’est ok d’aimer la fessée, et c’est aussi ok de ne pas en vouloir. Ton corps, tes décisions, tes limites. Personne n’a à te juger sur tes pratiques sexuelles, ou à te forcer de faire quoi que ce soit.

Mais pourquoi la fessée est-elle maintenant si commune?

(oui oui, une étude démontre que 24% de toutes les femmes qui ont bien voulu répondre au sondage ont répondu que c’était une pratique courante, ce qui veut dire que les personnes qui n’ont pas répondu le font peut-être)1

Ça fait mal?

La fessée dont je te parle n’est pas supposée faire mal. C’est pour booster ton excitation, changer du plan fesses plan-plan (Genre le missionnaire de la flemme exécuté en 2 minutes chrono, tout le monde a connu ça, ne nie pas). La fessée provoque un afflux sanguin vers ton boule, qui créé de l’excitation, qui sécrète de la dopamine. Tu sais, ce truc qui fait que tu n’as plus mal à la tête après le sexe? Que tu es super heureux•se et détendu•e après une séance de sport ou un orgasme?

Est-ce que la fessée nous ramènerait pas à notre enfance? C’est pervers non?

Pour ma part, non rien du tout. La fessée de quand tu es môme, c’est une punition exécutée sans ton consentement, faite pour faire mal et que tu ne recommences pas la connerie que tu viens de faire. Je ne fais absolument pas le rapprochement entre ces deux contextes. La fessée plus ou moins mim’s dont je te parle, elle n’a pas ce but, elle est là pour faire plaisir, créer un tout petit riquiqui rapport de domination-soumission (à des milliers d’années lumière des SM cuir, fouets et bandage), et est excitante car on sort du cadre bateau du câlin de monsieur et madame tout le monde.

Ce qui change, c’est le consentement. La fessée en sexe, elle est faite entre deux adultes consentants.

Est-ce que c’est réellement une source de plaisir?

D’expérience, je peux te dire que oui, autant quand on donne que quand on reçoit, et à part le shot de dopamine et le coté mini bdsm, je ne saurais pas poser les mots là dessus. Une levrette sans fessée, déso mais pas déso, c’est (pour moi, et ça n’engage que moi) une levrette incomplète. Quand tu es dans un câlin fougueux, ou ça bouge, ou tu es comme une pile électrique à la conquête du plus de plaisir possible à absorber par ton petit corps et que t’en peux plus, la fessée arrive comme le petit chocolat de ton calendrier de l’avent: tu n’attends que ça, et tu es trop heureux•se quand elle arrive. C’est une amoureuse du chocolat qui te le dit hein.

La fessée, je la demande, ou c’est l’autre qui l’impose? Niveau consentement on en est où?

Demande-la si tu la veux vraiment et que l’autre n’y pense pas, n’hésite pas. Cependant, je pense qu’il est bien d’en parler avant de s’y mettre. Si tu demandes une fessée à l’autre pendant le câlin et que l’autre n’y est pas préparé et est trop dans le mood vanille, ça risque de ne pas passer. Le consentement doit fonctionner dans les deux sens, donc il n’y a pas d’imposition, ni d’insistance, cela va de soi. Tu fais ce que tu veux, si l’autre le veut.

De manière générale, et donc pour toutes les pratiques sexuelles, je suis d’avis qu’il vaut mieux en parler avant de s’y mettre. De poser ses limites, au moins pour dire ce que tu n’accepteras pas. Bien sûr, rien n’empêche de retirer ton consentement en plein milieu de l’acte. Le consentement n’est pas un acquis et peut changer à tout moment, donc soyons bienveillants avec nous mêmes et avec l’autre pour un câlin plein de respect!

Comment s’y prendre pour faire une bonne fessée?

Le plat de la main, pas d’hésitation, et vise bien le centre de la fesse. Et au feeling! Sinon tu as des petits accessoires plutôt sympas empruntés au côté BDSM comme les tapettes (ou paddles) par exemple. Si tu veux essayer sans te ruiner, le Captain a déjà parlé des cravaches de chez Decathlon! Elles semblent efficaces et pas chères! Ça me semble un bon deal pour voir si les jouets d’impact te plaisent sans flinguer ton budget, ou avant de passer sur du matériel plus onéreux.

Quel que soit l’accessoire que tu utiliseras, commence doucement, et vois suivant la sensibilité de ton•a partenaire de jeu. Demande toujours à l’autre ce qu’iel ressent afin de t’assurer que tout est ok!


1: Les Françaises et le « mommy porn ». Enquête sur les fantasmes sexuels des Françaises et leur consommation de livres érotiques, sondage Ifop pour Femme Actuelle, 3 Janvier 2013.

1 thought on “La fessée

Une réaction? Un avis?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :