Billet d’humeur #4 : Confinement

Temps de lecture : 3 minutes Je blablate confinement, la flemme.

Tu as aimé ce post?

Nous vivons toutes et tous le confinement à notre manière. Certaines personnes le vivent bien, d’autres très mal. L’isolement chez soi, ce n’est pas facile à vivre pour tout le monde, même pour les personnes concernées. J’espère que toi qui me lis, tu vas bien. Et que tes proches vont bien aussi. Nous vivons une situation vraiment délicate et inédite qui je pense, risque d’être dans les livres d’histoires de nos petits enfants. Prends soin de toi, prends soin de ta famille. Je suis sure que tu le fais du mieux que tu le peux. Enfin, j’espère pour toi. Et pour eux. Comme nous vivons chacun cette période spéciale de façon différente, je vais te raconter la nôtre.

Notre quotidien avant le confinement

Avant le confinement, notre quotidien était très classique. Depuis juillet, je ne travaille plus au bureau car je suis en arrêt maladie. Mon mari va travailler et moi, je suis à la maison et je m’occupe comme je peux. Nous nous retrouvions le soir dès que sa journée de travail était finie et on passait la soirée ensemble autour d’un repas et souvent en regardant des films ou nos chaînes préférées sur YouTube avant d’aller se laver et se coucher. Je te l’avais dit: un quotidien très simple de couple.

En semaine la journée, je suis très seule. Et vu que je suis arrêtée et avec un traitement assez lourd, les sorties sont difficiles : je ne peux pas forcément conduire, je fatigue vite, et mes amis travaillent, eux aussi. Donc du lundi au vendredi, j’ai la vie de n’importe quelle personne au chômage, à la retraite, ou en arrêt maladie. Solitude, ennui. Attention, je ne m’en plains pas: j’ai besoin de ce temps pour me reposer. Mais je suis quand même très impatiente de pouvoir retourner au bureau traiter de vrais problèmes, au lieu de tout ressasser à la maison. Parce que quand on est face à la solitude au quotidien, et surtout de façon prolongée, j’ai l’impression qu’on perd la boule.

À (re)lire :   Pulsion #1 - Se laisser aller VS Vivre

Les week-ends, nous sortions de temps en temps, quand mon état nous le permettait. Vadrouilles à 200km pour prendre l’air et visiter des endroits qu’on aime, retour sur mes terres d’origine pour revoir ma famille et nos amis. Ou alors, week-ends plus classiques : magasins en amoureux, glandage à la maison sur nos consoles… Je pense que nous avons la vie de tout le monde, au final.

Pendant le confinement

Si beaucoup de gens vivent très mal le confinement parce qu’ils perdent leurs interactions sociales réelles du quotidien et qu’ils, finalement, ont une vie de personne en arrêt maladie assignée à résidence, moi c’est tout le contraire. Oui, mon quotidien est le même: à la maison, sorties pour le strict nécessaire uniquement. Mais depuis un peu plus de deux semaines, je vais beaucoup mieux parce que je ne suis plus seule à la maison. Mon mari n’est pas confiné au chômage technique, il est en télétravail. Il n’est donc pas disponible en journée, comme d’habitude. Mais je ne suis plus seule, et du coup je me sens mieux.

Même s’il travaille toute la journée et que je tiens à le laisser travailler tranquille sans le déranger, on peut quand même passer ses pauses ensemble. Et parfois, quand il a une charge de travail plus faible, on peut aussi passer du temps ensemble. Je ne me sens plus seule, et ça fait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien.

Tout n’est pas rose non plus: il peut arriver des journées nulles, comme aujourd’hui, parce que nous nous sommes engueulés hier soir. J’ai passé une bonne partie de la nuit à chialer et ce matin j’ai la tête dans le cul et le moral dans les chaussettes à cause d’un cauchemar assez traumatisant.

Mais dans l’ensemble, je me sens globalement mieux.

Lui de son côté, ça va. Mais il commence à trouver le temps long. Quand on est en télétravail, on a tellement de libertés que finalement, on travaille encore plus qu’au bureau. Il est donc assez fatigué, et il est impatient de reprendre le travail comme d’habitude, même si il est bien à la maison.

À (re)lire :   Quand ce sera mon tour…

Absente des réseaux et des blogs?

Je ne vais quasiment pas sur le blog principal en ce moment. On pourrait croire que confinement = parties de baise a tout va. Mais c’est tout le contraire. Je passe mon temps à dormir, lire, manger, et jouer à Animal Crossing. Même ma table de salon a une libido plus élevée que la mienne en ce moment. Je ne pense pas que nous ferons partie du baby boom de Noël prochain.

Du coup, toutes les taches du blog principal sont en attente. Tout ce qui est administratif aussi : j’ai la flemme de faire mes factures et de courir après mon fric. Je m’occuperai de tout ça en temps voulu, des que le confinement sera fini. Je vis au ralenti. J’écris quand j’en ai l’envie. C’est une passade de « pas envie » en ce moment, même sur Instagram. Et j’ai pas envie d’en arriver à me forcer pour conserver un audimat. Je ne suis pas ce profil d’influencer tout lisse qui fait tout pour satisfaire tout le monde. Mais ça, je pense que tu l’avais remarqué ! Sur Twitter, l’ambiance est un peu pareille. Je parle uniquement gaming parce que finalement, je joue beaucoup plus que d’habitude. Et les gens ont l’air tellement chiants en ce moment! Trop de négativité sur Twitter. Au moindre tweet innocent, t’as toujours une personne stupide en manque de piment dans sa vie pour être agressive. Mais on a toutes et tous la même vie en ce moment.

Et toi, tu le vis comment ce confinement? Tu t’occupes de quelles façons?

Source image mise en avant : Image par 【微博/微信】愚木混株 【Instagram】cdd20 de Pixabay

Tu as aimé ce post?

Une réaction? Un avis?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Le contenu de ce site est protégé par le droit d\'auteur. Toute copie ou reproduction sans accord express est interdit!